La banque mondiale octroie 224,680 milliards FCFA en faveur de l’Assainissement et l’Autonomisation


© Abidjan.net par Serge T. Cérémonie de signature de convention entre la Côte d`Ivoire et la Banque Mondiale Abidjan le 19 Juin 2020. Dans le cadre des projets d`assainissements de résiliances hurbaines, d`autonimisation des femmes et de la dividende démographique au Sahel, le ministére de l`Economie et des Finances à signé une convention avec la Banque Mondiale.

188 731 200 000 de FCFA pour le Projet d’Assainissement et de la Résilience Urbaine (PARU) et 35 948 800 000 FCFA pour le Projet Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel (SWEDD), ce sont les deux accords de convention signés entre la banque mondiale et l’État de Côte d’Ivoire ce vendredi 19 juin 2020 au siège du ministère de l’économie sis au Plateau, Immeuble Sciam.


Adama Coulibaly ministre de l’économie et des finances a fait savoir que le projet PARU était salutaire dans le contexte de la lutte que mène "de façon vigoureuse" le gouvernement ivoirien contre les inondations récurrentes et la gestion des déchets solides à Abidjan et dans certaines villes du pays. « Le coût du Projet s’élève à 287 700 000 d’Euros équivalent à environ 188 731 200 000 de Francs CFA, octroyés sous forme de Crédit IDA », a – t- il précisé.


Le ministre a également annoncé que dans un futur proche le projet bénéficierait de 30 millions de dollars américain de la Coopération Espagnole ainsi que d’une garantie de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) dans le cadre de la construction d’un Centre d’Enfouissement Technique à Kossihouen au nord-ouest d’Abidjan pour le traitement d’environ 1 250 000 tonnes de déchets solides par an.


S’agissant du 2e Accord, le Financement Additionnel du Projet Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) d’un coût de 54 800 000 Euros, soit environ 35 948 800 000 FCFA , le ministre a révélé qu’il s’agit d’accélérer la transition démographique en vue de la capture du dividende démographique.


Mme Coralie Gevers, directrice des opérations de la banque mondiale a traduit toute sa compassion à l’État de Côte d’Ivoire et aux familles endeuillées par les inondations causées par les fortes pluies ces derniers jours. A en croire, l’émissaire de la banque mondiale, ces inondations rappellent le besoin de prendre des mesures adéquates « pour assurer la sécurité des populations et la sauvegarde des biens ». Indiquant la joie de la banque mondiale de soutenir le PARU, Mme Coralie a rappelé que selon les spécialistes en moyenne 60 000 personnes sont touchées par les inondations en Côte d’Ivoire chaque année et les pertes économiques s’évaluent à près de 0,7% de PIB chaque année .« En juin 2018 les inondations ont causé des dégâts de près de 19 milliards de fcfa », a – t – elle dit non sans ajouter qu’il y’avait d’énormes progrès, cependant beaucoup reste à faire.


A propos de l’autonomisation de la femme, la directrice a expliqué que c’était le 2e accord signé avec la Côte d’Ivoire. Elle indiquera que ce projet continuera à investir dans les activités qui ciblent les adolescents et adolescentes ainsi que leurs communautés afin d’améliorer leurs compétences, leurs connaissances en matière de santé sexuelle et reproductive, encourager leur scolarisation et faciliter l’accès à des médicaments en renforçant la capacité des sage femmes à intervenir auprès des femmes et des jeunes.


Les séances de photos de familles ont clôturé la cérémonie de signature de ces deux accords qui illustrent la bonne santé des relations entre la banque mondiale et la Côte d’Ivoire.




MC.



2 vues

©2020 par l'éléphant déchaîné