Développement de la petite mine : Le sixième chantier école ouvert à Tanguelan/Agnibilékro


Jean-Claude Kouassi, ministre des Mines et de la Géologie (DR)

Les chantiers écoles de formation aux métiers de la petite mine ont été initiés, en plus des opérations de répression, par le ministre des Mines et de la Géologie en réponse à l’orpaillage clandestin et illégal qui se développait sauvagement partout dans le pays. L’objectif du gouvernement est de mailler tout le pays d’une dizaine de chantiers écoles, d’ici la fin de cette année, afin d’aider les jeunes qui aspirent à pratiquer ce métier à le faire dans la légalité tout en respectant les règles environnementales. «Vous recevrez une formation appropriée qui vous dotera du savoir et du savoir-faire pour opérer efficacement dans le secteur de la petite mine (...) Ceux qui en feront la demande, dans le respect du Code minier, obtiendront leur autorisation pour vivre décemment de l'artisanat minier», a déclaré le samedi 13 juin, le ministre Jean-Claude Kouassi à l’attention des jeunes d’Agnibilékro. Le ministre des Mines et de la Géologie a également dévoilé les mesures prises par le gouvernement pour faciliter l’accès des jeunes à l’activité minière. Il s’agit notamment de l’accélération de la délivrance des autorisations d’exploitation minière artisanale et semi-industrielle ; l’installation des artisans miniers dans des couloirs minéralisés afin de leur garantir la rentabilité de leurs exploitations ; et le renforcement des capacités opérationnelles des Comités Techniques Locaux (CTL), dont la mission est de suivre la bonne exécution des mesures arrêtées sur le plan local, afin d’éviter toute recolonisation des sites d’orpaillage clandestin déguerpis. Siandou Fofana, ministre du Tourisme, fils de la région, a salué l'avènement du projet, tout en invitant les populations en général, et les impétrants en particulier, à s'impliquer résolument dans le succès de l'initiative. L’Est de la Côte d’Ivoire est très convoité par les orpailleurs clandestins. Les opérations de répression menées par la Brigade de Répression des Infractions au Code Minier (Bricm) dans l'Indénié-Djuablin, notamment dans les zones de Bébou, Ehuasso, M'basso, Agni et Ebilassokro, ont permis de démanteler 21 sites d'orpaillage clandestin, de saisir 31 pelleteuses, 5 véhicules, 3 motocyclettes, 5 générateurs, 13 motopompes, des pièces détachées ainsi que des quantités importantes de substances illicites et nocives. 38 orpailleurs clandestins ont par ailleurs été interpellés et déférés devant les juridictions pénales.

Par DAVID YA Le 17/06/20 à 18:15 modifié 17/06/20 à 18:15


©2020 par l'éléphant déchaîné