Visiteurs :
Flash infos
  • Abonnez-vous à la version électronique et recevez par mail votre journal plusieurs heures avant la sortie « papier ». Pour tous renseignements, appelez le service Commercial au (225) 22 52 47 68 poste 18 ou le 47 23 42 94
  • LEléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d Ivoire les mardi et vendredi
  • LEléphant Déchaîné est un bi-hebdomadaire satirique indépendant paraissant en Côte d Ivoire les mardi et vendredi
Le rôle joué par Simone Gbagbo
Le lundi 7 juillet, le Ministre des Transports, l’immense Gaoussou Touré a annoncé en grandes pompes, la signature d’une convention entre l’Etat de Côte d’Ivoire et un groupement d’entreprises pour la construction d’un Train Urbain à Abidjan étrangement dénommé « Métro d’Abidjan Ligne 1 ».
« Le Gouvernement ivoirien souhaite que ce service de train urbain ait une forte image de modernité, de régularité et d’efficacité », avait fanfaronné Gaoussou Touré, comme si ce projet datait de son arrivée à la tête de ce ministère.
« L’Eléphant », depuis, est remonté à l’origine de ce projet et a découvert de curieuses pratiques.
Le projet de train urbain d’Abidjan a toujours dormi dans les tiroirs des gouvernements ivoiriens depuis une vingtaine d’années. Plusieurs tentatives de mise en œuvre ont échoué pour des raisons diverses. Jusqu’à ce qu’un célèbre footballeur ivoirien effectue un voyage à Séoul…
Quand un footballeur donne vie à un projet mourant…
En 2009, un célèbre footballeur ivoirien encore en activité, se rend à Séoul, dans le cadre d’un contrat publicitaire avec la société Samsung. Cette visite redonne vie au vieux projet de construction du train urbain à Abidjan. Il s’agissait à l’origine, de construire un « Métro ».
Au cours du cocktail offert par Samsung, le joueur ivoirien fait la rencontre, au hasard d’un verre, d’un homme d’affaires coréen répondant au doux nom de Kim Dong Man, sous-traitant dans plusieurs projets ferroviaires en Corée, autodidacte, self-made-man, entrepreneur en bâtiment, fondateur et tête pensante de la société Dongsan Engineering au modeste capital social de deux milliards de FCFA, une petite et moyenne entreprise selon les normes coréennes.
De verre en verre, l’International ivoirien se retrouve à jouer le rôle de « facilitateur ». Quelques jours plus tard, Kim Dong Man débarque sur les bords de la Lagune Ebrié et se retrouve quelques heures plus tard à la table de Simone Gbagbo, l’ex-Première Dame de Côte d’Ivoire.

Kim Dong Man fait rêver Simone Gbagbo
Sous le soleil d’Abidjan, Kim Dong Man se présente comme un acteur incontournable de l’industrie ferroviaire en Corée. C’est le début du gros malentendu de l’aventure « train urbain d’Abidjan ».
Le régime de l’intrépide Gbagbo, tombé sous le charme de Kim Dong Man, et, comme d’habitude, ne se donnent pas la peine de s’assurer de l’envergure de leur interlocuteur. Si Simone Gbagbo est convaincue qu’il s’agit d’un homme important en Corée, cela suffit pour Gbagbo et son Gouvernement.
Kim Dong Man profite de cette crédulité du gouvernement Gbagbo pour annoncer tantôt qu’il a les moyens de financer sur fonds propres le projet, tantôt qu’il trouvera le financement afin que le vieux rêve du « métro ivoirien » devienne une réalité. Tout le monde applaudit et hop ! Le Gouvernement Gbagbo lui attribue, par un processus de gré à gré, la réalisation de l’ambitieux projet. Sauf que la crise postélectorale que personne n’attendait, s’invitera à la table de l’ex-couple présidentiel et mettra un coup d’arrêt au projet. Mais pas pour longtemps.

Kim Dong Man et le grand Gaoussou Touré
Dès que les bruits assourdissants des bombes de la Force Licorne à Abidjan prennent fin, Kim Dong Man prend immédiatement langue avec les nouvelles autorités ivoiriennes, via le Ministre des Transports, Gaoussou Touré dont chacun sait qu’il n’a pas son pareil pour s’engager dans les affaires où l’on parle de grosses coupures.
Au nom de la continuité de l’Etat, Gaoussou Touré, foudroyé également par le charme de Kim Dong Man, lui accorde quasiment dans les mêmes termes, en 2012, la même concession. Il a vérifié l’envergure de son interlocuteur ? Pourquoi se gêner…
Il prie donc Kim Dong Man d’étudier, de financer, de construire et d’exploiter le train urbain d’Abidjan. Un « BOT » en sorte. Dongsan Engineering a-t-elle la capacité pour financer un tel projet ? Cela ne préoccupe personne. La Côte d’Ivoire veut être émergente en 2020 et le train urbain en sera en témoignage. Cela suffit…
Or, une simple vérification auprès du Consulat ivoirien en Corée aurait permis aux autorités ivoiriennes de réaliser que cette PME coréenne dont les bureaux de 80 mètres carrés sont situés au-dessus d’un supermarché de Séoul, n’avait pas la capacité de financer, encore moins de mener à son terme et toute seule, un projet de train urbain à Abidjan. Il est vrai que l’Ambassade de Corée à Abidjan ou - pour être plus précis - la chargée d’affaires, Park Jungwon, seule personne à parler couramment le français dans cette ambassade, a un peu brouillé la vue des dirigeants ivoiriens en affirmant continuellement que Dongsan Engineering est un « grand groupe, leader de l’industrie ferroviaire en Corée ». Faux !

Bouygues crie au scandale et débarque dans le projet
Après avoir mené Gaoussou Touré en « train », Park Jungwon, curieusement, démissionne de son poste de chargée d’affaires de l’Ambassade de Corée à Abidjan pour devenir…vice-présidente Afrique de Dongsan Engineering. C’est que cette coréenne qui vit depuis des années en Côte d’Ivoire et qui connaît les traditions locales en matière de projets d’envergure, a flairé l’affaire de sa vie. Mais c’était sans compter avec le groupe Bouygues qui ne peut accepter d’être écarté de ce genre de banquets cuisinés sur ses « sols ». Le bétonneur français débarque et contre les plans de Kim Dong Man. En ce moment, il était loin d’ignorer qu’il venait de sauver le projet.
En effet, informé par ses réseaux de l’attribution de ce succulent marché à Dongsan Engineering par un gré à gré « gaoussourien », Martin Bouygues approche sa majesté Ouattara 1er et se lamente de n’avoir pas été consulté, d’autant plus que son groupe a la capacité de faire mieux que les Coréens, et « exige » un appel d’offres. Débutent alors de violentes négociations entre Bouygues qui exige un appel d’offres et Dongsan Engineering qui s’accroche à la signature déjà acquise des autorités ivoiriennes. Le Ministère des Transports et le Château du Plateau.
A Paris, à Abidjan et à Séoul - où Bouygues est le seul à s’étonner que Dongsan Engineering n’ait pas de bureaux, le « grand groupe » coréen donnant ses rendez-vous dans des hôtels - les réunions s’enfilent à un rythme de bétonneurs franco-asiatiques.

Marche arrière, toutes…
Après plusieurs mois de discussion, les autorités ivoiriennes cèdent aux caprices de Bouygues qui se roulait littéralement à terre et, à leur demande, un groupement est créé, comprenant Bouygues avec 30% et Dongsan Engineering, 70%. Mais Bouygues n’est pas satisfait du partage, d’autant plus qu’il ne comprend pas pourquoi les autorités ivoiriennes accordent tant d’importance à son nouvel « associé » qui est un nain en matière d’industrie ferroviaire en Corée. Et comme si cela ne suffisait, le bétonneur français réalise qu’une grande partie du travail préliminaire effectué par Dongsan Engineering est truffé d’erreurs techniques découvertes par les ingénieurs de Bouygues. C’en est trop !
Ces études techniques effectuées par Dongsan Engineering et qui ont séduit Gaoussou Touré au point de reconduire le gré à gré du régime Gbagbo sont réétudiées en grande partie au siège de Bouygues à Guyancourt, en France. Résultat des erreurs ? L’entrée dans le groupe d’une troisième entreprise s’impose devant l’ampleur du travail à effectuer. Et voilà le géant de l’industrie coréenne, Hyundai Rotem qui débarque. Du coup, la part de Dongsan Engineering dans le projet fond comme neige sous le soleil d’Odienné, la ville chère à Gaoussou Touré, et se retrouve désormais à 30%.

Un malheur n’arrive jamais seul
Entre-temps, des années s’étant écoulées - 2012 étant bien loin - et Dongsan Engineering n’ayant pas prévu tout ce parcours du combattant sous le soleil d’Abidjan, ses ressources financières se sont épuisées et elle n’arrive pas à payer sa caution de 200 millions de FCFA fixée par les autorités ivoiriennes. Elle éprouve même d’énormes difficultés à payer les salaires de ses cadres débauchés au Canada, en Côte d’Ivoire et en France. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, certaines autorités ivoiriennes commencent à poser des questions embarrassantes. Comment une entreprise qui n’arrive pas à payer une caution de 200 millions de FCFA pourrait-elle financer un projet de près de 600 milliards FCFA ?
C’est que, selon les sources de « L’Eléphant », le Coréen Kim Dong Man aurait fait un calcul très simple après sa rencontre avec la star du football ivoirien. Signer fissa un contrat de gré à gré avec les autorités ivoiriennes et ensuite, aller le sous-traiter avec de vrais professionnels. En 2010 déjà, après le gré à gré obtenu avec le régime de l’intrépide Gbagbo sous l’impulsion de Simone Gbagbo, Kim Dong Man avait pris attache avec le canadien « Bombardier » et le français Alsthom. Mais ces derniers avaient repoussé son offre du revers de la main.

Bouygues annonce une mauvaise nouvelle
En 2014, Bouygues annonce aux autorités ivoiriennes une très mauvaise nouvelle. Il n’a pas trouvé de financement pour le « métro d’Abidjan ». Son « associé » Dongsan Engeneering, non plus. Les déclarations du Coréen étaient fausses. Que faire alors ? Vite, Bouygues a une idée. Pour que le projet puisse être réalisé, il faut que le Gouvernement ivoirien se porte garant auprès des institutions financières. Une proposition qui met le Premier Ministre Kablan Duncan dans une colère massacrante. C’est que, à force de faire traîner les choses, le coût du projet était passé de 250 milliards (chiffres de Dongsan Engineering), à 650 milliards de FCFA, avec les exigences du gouvernement ivoirien.
Mais la colère du Premier Ministre ivoirien, chantre de la croissance à deux chiffres, n’a pas ému Bouygues qui, comme pour le fameux troisième pont, a tenu à faire reposer tous les risques sur les épaules du gouvernement ivoirien. Et, il est parvenu, une fois encore à ses fins.
Le 7 juillet 2015, le Ministre Gaoussou Touré, avec un immense plaisir, a annoncé la bonne nouvelle aux contribuables ivoiriens. Abidjan aura son « métro ». Il venait, en effet, de signer une convention avec le groupement d’entreprises et la Banque Atlantique. Laquelle avait décidé d’accorder un prêt d’environ 26 milliards FCFA à Bouygues Construction, Hyundai Rotem, Dongsan Engineering et Keolis). Allez savoir qui rembourse ce prêt - qui servira uniquement aux études d’impact environnemental et autres bricoles - si le projet n’est pas réalisé…surtout que les Ivoiriens ne verront pas la couleur de ce train avant 2021, au moins.
Et quelle est la part finale du géant Dongsan Engineering dans le projet? Seulement 9%. C’est ce qu’on appelle réaliser une bonne affaire. A la coréenne ?
DANIEL SOVY
In "l'éléphant déchainé" n° 373
24/08/2015
Publicité
Une du 30/06/2015
L'Edito
Avec la classe politique sans vision qui est celle de ce pays depuis la mort du premier président, les ivoiriens ont encore de beaux jours de souffrances devant eux.

Voilà pratiquement 21ans que cette classe politique infernale et totalement irresponsable a pris en otage tout un peuple sur le dos duquel elle goinfre sans tempérance et qu’elle maintient par une stratégie dont les fondements  échappent à tout esprit rationnel, dans les tréfonds  de la misère noire, affreuse. Quelle solution propose-t-elle pour lutter  contre le chômage endémique et notamment celui des jeunes ? Aucune !
Quelle solution propose-t-elle contre la corruption qui gangrène une administration publique désorganisée et inefficace ? Aucune !
Quelle solution propose-t-elle pour lutter contre la misère qui touche plus de la moitié de la population ? Aucune !

Depuis 21ans, c’est, chaque année, la même chose ! Les problèmes des ivoiriens sont relégués au sixième plan, pendant que les politiciens, regroupées au sein de gouvernement dits d’union nationale ou de réconciliation, s’engraissent sur la bête ! En remettant à demain la prise en compte des problèmes d’un peuple essoufflé et complètement désabusé.
Après huit année de crise militaro-politique, ils ont invités les ivoiriens à qui personne n’avait donné la parole pendant dix ans, à se rendre dans les urnes pour élire un nouveau président. Sous le prétexte que cette élection était la solution pour sortir de la crise pour que, enfin, leurs préoccupations soient prises en compte.
Sauf que pour récompenser le peuple de sa mobilisation, ils lui ont servi du plomb, du feu, des bombes et des armes.

Depuis un nouveau pouvoir s’est installé mais les vrai problèmes des ivoiriens sont toujours au sol des priorités. La gratuité des soins, projets parfaitement mal conçu et mal exécuté mais cependant annoncé en grandes pompes, à coûter cher aux malades dans les hôpitaux publics. On ne compte plus les victimes de cette politique…
Mais alors que les ivoiriens continuent  de mourir pour les ordonnances médicales de moins de 2000FCFA, la classe politique depuis, quelques années et sans doute à cause des échéances électorales qui s’annoncent a commencer à retrouver ses sensations.

Dans la presse déchainée
De Touré Mamadou (Rdr), dans (« Soir Info »,28/03/)
Blé Goudé n’a pas répondu aux questions essentielles du juge, mais c’est un personnage controversé. On est encore dans du théâtre. » Dommage que Touré Mamadou n’ait pas été à la place du juge !
Le show Blé Goudé à la Une de (« Soir Info »,28/03/)
« J’ai été séquestré. J’ai fait 10 mois dans un violon. » Et après il a reçu le caleçon blanc ?
Le show Blé Goudé à la Une de (« Soir Info »,28/03/)
« J’ai été séquestré. J’ai fait 10 mois dans un violon. » Et après il a reçu le caleçon blanc ?
Caricature
Dernièrement à la une
Le P'tit livre d'Akissi Jeannette
Qu’est-ce que j’apprends? Le procureur de la République Adou Richard a libéré 50 pro-Gbagbo dont Affi, et dégelé 31 comptes bancaires sous réserve de l’apurement des dettes fiscales et bancaires? C’est une bonne nouvelle, n’est-ce pas? Mon tendre époux félicitera certainement Gnénéma Coulibaly pour avoir permis de libérer ces personnes dans le cadre du dialogue FPI-gouvernement. J’en connais toutefois des mauvaises langues, qui se baseront sur le fait qu’Affi N’guessan faisant partie du lot, c’était un nouveau deal. Un conseil aux irréductibles pro-Gbagbo, adoucissez le cœur de chouchou en restant calmes et disciplinés et on permettra à plus de prisonniers pro-Gbagbo de humer l’air frais de la liberté, tout en dégelant davantage de comptes! A bon entendeur…

Qui a dit que l’émergence de la Côte d’Ivoire ne sera pas pour bientôt, avec toute cette débauche d’énergie de la part de chouchou? Il vient encore une fois de faire démentir ces détracteurs en se rendant récemment au Maroc avec 150 chefs d’entreprises ivoiriens, pour le forum à Marrakech sur le thème: «Maroc-Côte d’Ivoire: une dynamique de co-émergence en marche»; à la suite duquel 26 accords entre la Côte d’ivoire et le Maroc ont été signés. Qui dit mieux? D’ailleurs ce séjour marocain était tellement riche en découvertes, que j’ai été subjuguée par le «Jardin Majorelle» de Marrakech que j’ai pu découvrir à l’invitation de son Altesse Lalla Salma. Quel bonheur de visiter un tel paradis qui porte la marque du célèbre couturier Yves Saint Laurent! Je vais proposer à mon tendre époux de penser à en ériger un semblable sur les bords de la lagune Ebrié…

Qu’est ce que j’apprends encore? Après la déconvenue de ses joueurs face au Syli national de Guinée, Hervé Renard a affirmé que s’il était journaliste il titrerait pour parler de ce match, de «tristesse»? Humm, ça, ce n’est pas bon signe! Surtout que mon indéboulonnable époux a tout fait pour qu’ils effectuent le déplacement à Malabo dans le cadre de cette CAN. Décidemment, nous n’avons qu’à croiser les doigts pour que les Eléphants ne ratent pas le match de demain face au Mali! Mais quel que soit le dégré de participation de cette équipe à cette CAN, je demanderai à chouchou à leur retour, d’effectuer une visite d’Etat au pays d’Angela Merkel avec Hervé Renard et toute sa bande, pour leur donner l’esprit de compétition et de victoire, en prélude à l’émergence qui ne aurait se faire sans notre équipe nationale!
La nouvelle secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie est connue. Et c’est une dame de nationalité canadienne. Son nom, Michaëlle Jean. Elle était d’ailleurs, la seule femme parmi les cinq prétendants au poste. Moi je lui fais confiance. Je sais qu’elle pourra rallier beauté et intelligence pour la pérennisation de la Francophonie. Je ne sais pas si vous avez suivi la cérémonie comme moi, mais je n’avais pas l’impression que le secrétaire sortant, Abdou Diouf, se réjouissait de prendre du repos. Ce n’est qu’une impression, j’ai dit.

Toujours à la cérémonie de la Francophonie, le président français François Hollande, dans ses habits de père de famille, n’a pas hésité à tancer ces dirigeants africains qui aiment à modifier leur constitution pour s’éterniser au pouvoir. A peine s’il ne se réjouissait pas du triste sort des présidents burkinabé et tunisien. J’imagine que cela n’a pas du tout fait plaisir à ceux qui se sont sentis directement visés par ses propos…Le doyen des dirigeants africains, Paul Biya, solennellement appelé au pupitre pour prononcer un discours, a dû rire jaune après… Il comptabilise tout de même 32 ans de gestion sans partage du pouvoir au Cameroun. Formidable, le peuple camerounais ! Ils aiment bien critiquer ce qui se passe chez Chouchou, mais le cas de Biya ne les préoccupe guère !

Qu’est ce que c’est que ces manifestations de protestation contre la suppression des sachets plastiques? Le gouvernement a suffisamment communiqué là-dessus, non? Et c’est pour une bonne cause, je crois. Même si cela va engendrer la suppression de milliers d’emplois, ce qui n’est pas fait pour aider Chouchou, je pense que le plus important pour mon époux et moi, c’est de protéger la santé et l’environnement des Ivoiriens…L’émergence, c’est aussi beaucoup de sacrifices…Philipe Légré devrait inscrire cela dans ses explications sur l’appel de Daoukro.
Zig-zag de l'Eléphant
.